© 2019 Corps consulaire de la Province de Liège. 

Dernière mise à jour : 8.11.2019

Webmaster

​Robert Laffineur

consulatgrece.liege@gmail.com

Décès d’Alain Nagelmackers, Consul honoraire de Suède à Liège pendant une vingtaine d'années (1979-1999)

 

Monsieur Alain Nagelmackers, né à Liège le 10 septembre 1942, y est décédé ce 4 janvier 2017. Il fut pendant une vingtaine d’années, de la date de son exequatur le 1er décembre 1979, jusqu’à la fin du siècle dernier, Consul honoraire à Liège du Royaume de Suède. Il fut donc membre du Corps consulaire de la Province de Liège qui assure de ses sincères et profondes condoléances sa famille : son fils Jérôme, l’épouse de celui-ci, Marie-Paule Blum, et leurs fils Olivier et Alexandre Nagelmackers, sa fille Eléonore Nagelmackers, son époux Stéphane Noël et leurs enfants Arthur et Lou, sa soeur Marie-Antoinette, épouse de Hubert Zurstrassen, et ses deux belles-soeurs prénommées l’une et l’autre Anne-Marie, van Cutsem et Stassens.

Le Secrétaire général de ce corps, Consul honoraire du Royaume de Norvège, Didier Bronne, est allé le week-end suivant le décès rendre à la famille une visite d’hommage à Alain Nagelmackers et a fait envoyer des fleurs au nom de l’association consulaire liégeoise.

Après une vingtaine d’années de bons et loyaux services pour la Suède (dans cette Wallonie d’où vinrent - sous l’impulsion en particulier du chênéen Louis de Geer - les pionniers de l’industrie et spécialement de la sidérurgie suédoise), Alain Nagelmackers fut, au tournant du millénaire et à la surprise générale, “remercié” par le Gouvernement suédois. Mais cette mesure n’était pas prise à son encontre. Comme son collègue anversois Jean-JacquesWesterlund, Consul honoraire de Suède pour la Flandre, dix ans moins ancien que lui, cette suppression de poste résultait de la décision gouvernementale suédoise de renoncer à tout consulat européen dont le chef de poste était honoraire. Mais en 2008 un nouveau gouvernement suédois décidait de revenir sur ces suppressions. Il demanda au gouvernement belge et obtint de pouvoir renommer des Consuls honoraires à Liège et à Anvers. Le 14 avril l’exequatur était obtenu pour le “consul honoraire à Liège”, Eric De Kesel domicilié à Gembloux et directeur général de la filiale de la société suédoise Molnlycke Health Care (dont il est devenu un des principaux responsables sur le plan mondial) qui établit dans son entreprise à Waremme en Province de Liège la chancellerie de son consulat dont le ressort s’étendait à toute la Wallonie alors qu’il était précédemment limité à Liège. Par contre, le 12 octobre de la même année 2008, l’exequatur du Consul honoraire de Suède à Anvers pour la Flandre revenait à l’ancien Consul honoraire Mr. J.-J. Westerlund.

Alain Nagelmackers avait, dès avant sa nomination à 37 ans comme Consul honoraire de Suède, travaillé au sein de son groupe bancaire familial. Il se passionnait pour l’automobile et devint Président de la célèbre société organisatrice des “Liège-Rome-Liège” dès 1931, puis de 1950 à 1964, remplacés par des “Liège-Sofia-Liège” et complétés pour les motos anciennes par les “Liège-Nancy-Liège”, le Royal Motor Union, où François Cornélis et Yves Bacquelaine lui succédèrent en 2002, Alain restant d’ailleurs jusqu’à la fin de sa vie un amoureux des voitures anciennes et l’animateur du groupe des propriétaires de véhicules historiques. En 1982, Alain Nagelmackers participa à l’élection du Conseil communal de la Ville de Liège lors d’une campagne bipolarisée : il se présenta sur la liste “Union pour Liège” qui regroupait sociaux-chrétiens et libéraux et qui était opposée à la liste “Rassemblement des Socialistes et Progressistes wallons” (PS- RPW et RW). PSC et PRL reprirent leur autonomie et Alain Nagelmackers, élu conseiller communal, fit de début 1983 à fin 1988 partie du groupe PRL.

Reprenant comme Président et administrateur délégué la société des fabricants de poêles Bodart et Gonay (qu’il développa mais qui récemment après avoir connu de nouvelles difficultés fut finalement à nouveau reprise), Alain Nagelmackers se domicilia à Trooz où il devint la figure de proue des libéraux. Il fut élu conseiller communal. Il fonda et présida le Syndicat d’initiative de Trooz et fut administrateur de la Fédération provinciale du Tourisme, de la Compagnie intercommunale liégeoise des eaux (la CILE) et du circuit de Francorchamps. Il fut aussi administrateur de sociétés liées au groupe Nagelmackers et en particulier il était aussi Président-administrateur délégué de la société anonyme Actif industries International. Epicurien et convivial cet actif descendant de l’illustre dynastie liégeoise des Nagelmackers était pour chacune et chacun d’un commerce agréable.

Evoquer le nom Nagelmackers à Liège conduit à remonter près d’une dizaine de générations pour trouver Pierre Nagelmackers, né en 1705, qui en 1747 fonda une banque à son nom. En 2005, la Delta Lloyd Bank fit disparaître en son sein la partie banque privée qui subsistait sous le nom Nagelmackers, puis elle disparut à son tour pour réapparaître comme un phénix en 2015 sous le nom “Nagelmackers 1747” en se qualifiant de “plus ancienne banque de Belgique”.

Et le nom Nagelmackers s’illustra aussi en dehors de la sphère bancaire, quand le plus illustre des Nagelmackers, Georges, fonda en 1876 la Compagnie Internationale des Wagons-Lits et des Grands Express européens, qui donna notamment naissance à l’Orient Express. C’est aussi en grande partie grâce aux Nagelmackers que Liège obtint l’organisation de l’Exposition universelle de 1905, qui marqua l’apogée de sa prospérité.